Image à la une Fluicity

Fluicity : citoyens et élus pour la ville de demain

Faire participer les citoyens à la construction de la ville de demain, l’idée fait son chemin progressivement… Et certains outils, particulièrement bien pensés, répondent à ce nouvel enjeu. Nous avons rencontré Julie de Pimodan, fondatrice de l’application mobile Fluicity. Elle nous explique pourquoi et comment elle en est arrivée à vouloir repenser de façon innovante la manière dont nous vivons au quotidien notre engagement citoyen au niveau de la ville.

Portrait de Julie de PimodanQui êtes-vous Julie ?

Julie de Pimodan : J’ai créé Fluicity il y a un environ un an. Auparavant, j’ai été plusieurs années journaliste au Moyen-Orient, une période pendant laquelle j’ai pu constater à quel point les nouvelles technologies avaient joué un rôle majeur dans l’éclosion des printemps arabes. J’ai ensuite travaillé 5 ans pour Google, avant de me lancer dans l’aventure Fluicity.

Fluicity répond à un enjeu-clé : impliquer davantage les citoyens dans la construction de la ville de demain. Quelles sont, selon vous, les conditions de succès de cette « gouvernance participative » ?

J.P. : Il y a déjà eu beaucoup de réflexions autour de la smart city et des objets connectés au service d’une ville plus efficiente, mais les citoyens ont été complètement mis de côté. Ce qui manque donc maintenant pour réussir la gouvernance participative qui forme le socle de la ville de demain, c’est intéresser les citoyens et les faire participer. C’est l’objectif de Fluicity.

Si vous deviez résumer l’application Fluicity en une phrase ?

J.P. : Le réseau local du smart citizen !

Comment en êtes-vous arrivée à penser ce concept d’application ?

J.P. : J’ai eu une révélation en 2 temps : mon expérience des printemps arabes, puis la constatation des chiffres record de l’abstention en France, notamment chez les jeunes. Je me suis alors demandée comment réengager les citoyens. L’échelle locale m’a parue la plus pertinente dans la définition du vivre ensemble au quotidien. Mon passage chez Google m’a démontré qu’un géant de la technologie nous connaissait mieux que nos propres élus ! D’où l’idée de se servir de cette même technologie pour rapprocher les acteurs de la ville de ses habitants.

« Ce qui manque donc maintenant pour réussir la gouvernance participative qui forme le socle de la ville de demain, c’est intéresser les citoyens et les faire participer. »

Que permet l’application ? À qui s’adresse-t-elle ?

J.P. : Elle s’adresse à tous les acteurs de la ville ! Mairies, collectivités ou fournisseurs de services d’un côté, habitants de l’autre. Nous proposons une application mobile, donc nous nous adressons, c’est vrai, aux utilisateurs de smartphones : parmi ceux-ci, la tranche des 18-45 ans est particulièrement active et cruciale pour l’avenir des villes.

    Fluicity offre aujourd’hui 3 services principaux :

  • un fil d’actualité dynamique enrichi par les collectivités, associations, entreprises et médias locaux,
  • une interface interactive grâce à laquelle les citoyens peuvent échanger avec leurs élus, poser des questions ou soumettre leurs idées,
  • une interface d’administration qui permet aux collectivités et fournisseurs de services publics de pouvoir lancer des sondages et avoir accès à des outils de big data qui les aident à mieux comprendre les habitants.

Quels sont les sujets autour desquels les habitants peuvent prendre la parole ?

J.P. : Tous les sujets qui concernent le vivre ensemble dans une ville. Voirie, mobilité, sécurité, plans d’urbanisme… Fluicity permet de faire réagir les habitants en temps réel sur des éléments de vie commune très concrets. Dernièrement, nous avons eu une expérience très intéressante avec BNP Paribas Immobilier qui va utiliser Fluicity pour faire réagir les habitants du 17ème arrondissement à Paris autour du projet de développement urbain « Réinventer Paris ».

Où en êtes-vous aujourd’hui ? Quelles sont les prochaines étapes ?

J.P. : Nous sommes aujourd’hui une équipe de 7 personnes, avec 3 villes à notre actif. Nous visons 10 villes à la fin de l’année et 50 en 2017. Plus concrètement, notre développement passe par l’amélioration de l’application : une navigation la plus intuitive et agréable possible, des fonctionnalités enrichies, comme la possibilité de voter pour les idées soumises par les autres citoyens, permettre l’identification des utilisateurs et le traitement de l’information… Les chantiers sont nombreux !

Quels sont les retours sur les premières expérimentations à Vernon ?

J.P. : Aujourd’hui, environ 7% de la population est active sur la plateforme. Il y a 1 à 3 propositions d’idées citoyennes par jour, et la mairie a déjà pris en compte et mis en oeuvre 3 de ces idées. C’est très encourageant ! La fonctionnalité sondage a également permis de distinguer les principaux centres de préoccupations des habitants, un outil très précieux dans la gestion de la commune. Le constat est que les services publics ont plus que jamais besoin de la contribution des citoyens pour effectuer leur mission avec une plus grande efficacité.

Vous voulez en savoir plus sur Fluicity ? Rendez-vous sur http://www.flui.city/

Quelques règles pour une consultation citoyenne réussie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s