Retour sur la rencontre entre Hubert Béroche, Smart World et Matt Stanelos Directeur du secteur d’activité des déchets chez Veolia

Dans le cadre de son tour du monde des villes utilisant l’Intelligence Artificielle, Hubert Béroche à Singapour, a eu l’opportunité de rencontrer Matt Stanelos, Directeur Waste Business Line chez Veolia. Au cours de cet entretien il ont abordé le futur de la gestion des déchets ainsi que les particularités de la cité-état.

De la reconnaissance automatique des déchets…

A Singapour, Veolia est principalement en charge de la gestion des déchets et de la propreté des rues. Pour Matt, l’IA est sur le point de révolutionner ces activités. À cet égard, le computer vision présente un formidable potentiel. Le computer vision désigne l’ensemble des techniques permettant à un algorithme d’identifier les différentes composantes d’une image. Cette branche de l’IA peut être utilisée pour distinguer automatiquement des déchets. A Toronto, la startup Intuitive propose ainsi une solution d’assistance au tri des déchets. Il suffit au citoyen de présenter son déchet à une caméra pour qu’elle lui indique quasi instantanément la poubelle dans laquelle il doit le jeter. Cette technologie peut également être utilisée à l’autre bout de la chaîne du recyclage. À Amiens, Veolia a ainsi recours au robot Max AI pour améliorer l’efficacité de son centre de recyclage. Max AI est en effet capable de reconnaître et trier les déchets. Pour autant, ces technologies ne sont pas parfaites. Et pour cause, comme me l’a expliqué Matt, l’extrême humidité d’une ville comme Singapour (80% en moyenne) colle les déchets entre eux. Il est ainsi fréquent de retrouver des déchets organiques agglutinés à du plastique ou des métaux. De même, la solution d’Intuitive est mise en échec en présence de déchets mixtes (comme lorsque des déchets organiques sont emballés dans de l’aluminium). Autrement dit, pour être véritablement efficaces, ces technologies doivent s’accompagner d’un travail d’éducation sur les enjeux du recyclage et de l’économie circulaire.

A l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne, des chercheurs ont également mis au point un algorithme capable de reconnaître et classifier les déchets. Cette innovation a un double intérêt. D’une part elle permet de cartographier la propreté de la ville. Il est ainsi possible de connaître en temps réel l’état de salubrité de la ville et même d’analyser un historique de données pour identifier des problèmes récurrents. D’autre part, cette technologie peut servir de support à l’autonomisation de véhicules de nettoyage. Il est intéressant de constater que cette innovation ouvrirait la voie à d’autres transformations. Dans la mesure où les véhicules de nettoyage actuels doivent transporter des êtres humains, leur design est naturellement inspiré de celui des voitures. Libéré de cette contrainte, les véhicules de nettoyage autonomes pourraient évoluer et devenir des robots plus adaptés à la morphologie des villes.

Pour Matt, ces véhicules de nettoyage autonomes offrent de nouvelles opportunités. Les technologies développées pour identifier des déchets pourraient en effet servir à automatiquement localiser des nids de poule, identifier des dégradations sur le mobilier urbain et même à actualiser des cartes numériques. Le véhicule deviendrait ainsi multi-usage et créateur de nouvelles chaines de valeurs.

… à la ville circulaire

L’IA pourrait également servir à optimiser la collecte des déchets. À San Francisco, la startup Nordsense a ainsi déployé des capteurs capables de mesurer le taux de remplissage des poubelles. Cette solution permet d’implémenter une collecte des déchets dynamique qui prend en compte plusieurs données (taux de remplissage des poubelles, trafic, itinéraire des autres véhicules, etc.) et qui répond aux usages de la ville. San Francisco a ainsi réduit de 80% le débordement de ses poubelles. En France, le déploiement de la solution Veolia IoT couplé aux contenants d’apports volontaires permet également d’optimiser les tournées de collecte avec un taux de remplissage supérieur à 60% tout en évitant les débordements. Bien que Singapour ait réalisé plusieurs expérimentations de ce genre, ses services de nettoyage sont déployés selon un itinéraire préétabli et de horaires fixes. En cause ? L’importance extrême accordée à la propreté de la ville du fait, entre autres, de sa population particulièrement dense (7 842,39 habitants / km2). Paradoxalement, cet état d’esprit conduit le gouvernement singapourien à préférer les traditionnelles méthodes de nettoyage à des solutions plus innovantes.

Hubert Béroche nous a confié que : “Toutes ces innovations rendent possible un nouvel idéal, celui de la ville circulaire. À New York, Mike Barlow et Cornelia Lévy-Bencheton, auteurs de Smart Cities, Smart Future : Showcasing Tomorrow, m’avaient confié que la ville de demain fonctionnera à la manière d’une station spatiale (car tout serait réutilisable). À Séoul, j’ai fait la rencontre de Steven Jige Quan, Directeur du City Energy Lab. Il a notamment pour projet d’utiliser l’énergie produite par des microalgues pour fournir de l’électricité à des quartiers. Ces mêmes micro algues seraient alimentées par les déchets et les eaux usées de la ville. Ce processus, particulièrement complexe, serait coordonné par une IA. Quelques mois plus tard, à Londres, j’échangeais avec les équipes du Centre for Advanced Spatial Analysis (CASA) qui travaillent, entre autres, à la création d’un algorithme bio-inspiré pour optimiser des réseaux de déchets entre industriels. Dans chacun de ces cas, le déchet est repensé comme ressource pour la ville et la société.”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.