Rencontre : Les femmes qui façonnent la ville de demain

Elles sont peu nombreuses les femmes de la smart city !

En ce mois un peu spécial où les femmes sont à l’honneur, nous souhaitions mettre un coup de projecteur sur la rencontre de deux femmes d’exception :

  • Claire Falzone, Directrice Générale de Nova Veolia, filiale de Veolia dédiée au développement de services innovants.
  • Carmen Munoz-Dormoy, Directrice Générale de Citelum, société spécialisée dans l’éclairage urbain et les services connectés.

C’est quoi pour vous la smart city de rêve ?

Claire Falzone

C’est une ville où les habitants peuvent rêver de nouveaux services urbains parce que les services les plus basiques sont parfaitement opérés. Une ville où ces rêves et ces envies s’expriment simplement, parce que la ville sait les recueillir et les concrétiser. Une ville où la conduite des services publics ne cesse de progresser. Enfin, et parce que c’est dans notre ADN chez Veolia, c’est une ville en meilleure adéquation avec son environnement, où le citoyen est proche de la nature.

Carmen Munoz-Dormoy

La ville de rêve est tout d’abord celle qui répond aux besoins et aspirations de ses citoyens. Il faut se détacher de l’image d’une ville truffée de capteurs et de technologie, capable de répondre à des besoins qui n’existent pas : au sein de Citelum, nous sommes convaincus que les technologies sont un moyen et pas une finalité en soi. La vraie finalité est le bien-être des utilisateurs de la ville : habitants, travailleurs, étudiants, associations, entreprises, retraités ou simples passants. Les villes sont des organismes complexes, qui évoluent, qui se transforment et qui peuvent aussi dépérir si leur équilibre est perturbé.

Un exemple concret qui vous a particulièrement marquée ?

Claire Falzone

C’est une question difficile car tout bouge très vite !

Au sein de Nova Veolia, deux réalisations me viennent à l’esprit : d’une part la réalisation d’un chatbot à Deauville qui répond aux citoyens sur la thématique des déchets et que nous étendons à d’autres services. D’autre part, notre plateforme Majikan, qui sait gérer les irritants et les signalements dans les villes avec une force de frappe humaine pour les traiter de manière plus efficace.

Un autre projet qui me plait beaucoup, c’est celui de la start up Urban Canopée qui propose de lutter contre les effets du changement climatique par le développement de canopées végétales au-dessus de la ville. Résultat : des villes plus résilientes où le citoyen retrouve une meilleure qualité de vie.

Carmen Munoz-Dormoy

Le projet « Google Sidewalk Labs » de Toronto est emblématique. Il représente une certaine vision de la Smart City très technologique et où les enjeux de gouvernance de la ville et de gestion des données ont été très insuffisamment pris en compte. Ce projet met en exergue le potentiel des nouvelles technologies pour prendre le pouvoir sur les citoyens et leurs instances de représentation. Or, la ville reste un objet politique au sens le plus noble du terme, avec des citoyens et parties prenantes qui doivent pouvoir choisir un programme et des orientations pour l’utilisation de leurs espaces publiques. La ville peut devenir un lieu d’achat, un lieu de vente ou un lieu de vie. A ce titre, les villes européennes avec un cadre réglementaire strict (le RGPD) et une volonté de rester maîtres de la gouvernance des données et de l’espace public, proposent un modèle très différent de celui prôné par Google à Toronto. Nous sommes très présents en Europe, dans des villes remarquables comme Copenhague, Barcelone, Madrid, Rome, Naples ou encore Venise ; le modèle de ville européenne est plus conforme aux valeurs de Citelum et c’est celui que nous portons sur nos différents projets.

Quel est le rôle de votre entreprise dans la réussite de cette mission ?

Claire Falzone

Chez Nova Veolia, nous avons trois spécificités :

  • nous voyons la data comme une ressource et nous la traitons de bout en bout (IoT, analyse des données et applications).
  • nous mettons l’humain au coeur de nos actions : l’outil digital seul n’est pas suffisant ; nous avons besoin de femmes et d’hommes pour rendre un service concret et améliorer la ville en profondeur.
  • les services à l’environnement sont au coeur de notre ADN. Veolia devient une greentech et Nova Veolia en constitue l’un des rouages, mettant au point des solutions technologiques visant à la fois à préserver la ressource et à améliorer la vie du citoyen. Par exemple, nous agissons sur la maîtrise des consommations pour préserver la ressource en eau et baisser les dépenses des foyers sur ce poste.

Carmen Munoz-Dormoy

Nous assumons une vision très claire de notre rôle : notre mission est d’être au service de nos clients pour rendre les villes plus attractives, plus sûres et plus durables, sans jamais chercher à nous substituer aux acteurs publics. Nous développons des projets d’infrastructures urbaines dans les domaines de l’éclairage, de la gestion du trafic et de la sécurité des espaces publics et nous nous engageons sur les résultats, notamment sur les économies d’énergie. Nous avons aussi développé la plateforme smart city MUSE® depuis plus de quinze ans afin de permettre une gestion transverse de l’espace urbain, intégrant tous les métiers de la ville. Cette plateforme est ouverte et les données collectées sont mises à la disposition de la collectivité qui reste propriétaire de ses données. La question de la gouvernance est fondamentale et les villes doivent la prendre en compte dès la conception d’un projet, comme l’a très bien fait Dijon Métropole. Dans tous les cas, nous donnons aux villes les moyens de garder le pouvoir sur les technologies et sur leurs projets.   

Quel est votre rôle à titre individuel dans cette mission ?

Claire Falzone

Je suis la 1ere convaincue que nous avons plein de nouveaux services à imaginer pour satisfaire nos clients. Et pour que ces services puissent voir le jour, nous avons besoin de talents. Mon rôle consiste à challenger et fédérer les équipes autour d’un projet commun pour favoriser sa réalisation.

C’est aussi de créer du lien au sein de Veolia (groupe international qui a 170 ans), son actif industriel, ses activités historiques et de nouvelles activités. Tout cela s’entremêle pour s’enrichir et il est important de travailler ensemble, d’être agile, pour tenir le rythme et anticiper le changement.   

Carmen Munoz-Dormoy

Je dirige le groupe Citelum, qui est une filiale à 100% d’EDF.

Mon rôle est de développer Citelum en cohérence avec la stratégie et les valeurs du groupe EDF. La ville intelligente vue d’EDF est connectée, bas carbone et responsable.

Notre métier nous rapproche des villes et des habitants. Notre présence internationale nous fait prendre conscience des impacts du changement climatique sur les populations et les écosystèmes.

Pour ces différentes raisons et prenant aussi en compte les aspirations de nos salariés, j’ai intégré la responsabilité sociale et environnementale au cœur de notre projet d’entreprise.

En tant que Directrice Générale de Citelum je dois incarner nos valeurs et notre mission, tant en interne comme à l’extérieur de l’entreprise. C’est pour cette raison que je me suis personnellement impliquée dans le programme de mentorat de Women4Climate du C40 Cities, l’orientation des filles vers les métiers techniques à travers l’association « Elles Bougent » ou dans la compensation des émissions de CO2 de nos voyages avec notre partenaire Reforest’action.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.