Tour d’horizon des smart cities vertes en Europe !

Depuis quelques années maintenant, de plus en plus de villes européennes utilisent les nouvelles technologies pour répondre à l’urgence environnementale. Open Data, objets connectés ou encore Intelligence Artificielle permettent d’optimiser les projets des collectivités visant à construire des smart cities éco-responsables. En termes de ville du futur, l’environnement est l’un des axes prioritaires des collectivités. En quoi les nouvelles technologies peuvent réduire l’empreinte environnementale ? Voici quelques exemples innovants réalisés en Europe qui fonctionnent.

Réduire le taux de CO2

Pour simplifier l’accès aux places de parking, une application a été développée à Copenhague. Au lieu de tourner pendant des heures dans la capitale danoise, les automobilistes peuvent rapidement trouver une place de parking et s’y rendre à l’aide d’un itinéraire indiqué accessible depuis l’application. En plus d’optimiser le temps de trajet, cette application permet également de réduire le taux d’émission de CO2. Un enjeu ô combien important pour les capitales européennes bien qu’à Copenhague, le vélo supplante la voiture depuis 2017. Cet outil simple et astucieux fut conçu par le Copenhague Solution Lab qui développe d’autres initiatives technologiques pour concevoir des projets répondant aux objectifs fixés par la ville : être la première capitale sans rejet de C02 en 2025 et devenir la meilleure ville du monde où il faut bon de vivre. Un programme smart.

Réinvestir le centre-ville intelligemment

Le concept de smart city ne se résume pas seulement au déploiement tous azimut des technologies à la pointe de l’innovation. Amsterdam ne l’a pas oublié ! Afin de désengorger les transports en commun et réinvestir le centre-ville comme espace de travail, la capitale hollandaise a créé des espaces de co-working en accès libre avec wifi gratuit. Ces espaces peuvent être notamment accessibles par les transports en commun ne rejetant aucun CO2 tels que les voitures ou les bateaux électriques. Ces projets s’inscrivent dans le programme Amsmarterdam City accessible par les citoyens via une plateforme participative où ils peuvent proposer leurs idées comme bon leur semble.

L’ensemble de ces initiatives se sont développées depuis plusieurs années déjà dans les grandes villes européennes et, progressivement, elles s’étendent avec le réseau électrique intelligent, également appelé smart grid. Étant l’une des composante de la smart city, le réseau intelligent a pour spécificité de favoriser la circulation d’informations entre les fournisseurs et les consommateurs. Le but ? Optimiser et adapter le flux d’électricité pour éviter les pics de consommation. Cette technologie vise également à minimiser les pertes en ligne, accroître la sécurité du réseau et réduire les coûts en évitant de construire de nouvelles lignes. Que la lumière soit faite.

Réduire les déchets

Les capitales européennes ne sont pas les seules métropoles à l’initiative de smart technologies. Les décisions politiques du Havre en témoignent. Comment réduire efficacement nos déchets à l’échelle d’une ville de plus de 170 000 habitants ? C’est la question à laquelle a répondu la startup BinHappy. En plus de faire de l’esprit (BinHappy signifiant littéralement “poubelle heureuse”), cette startup française est engagée dans l’économie verte, locale et circulaire. Leur concept est simple : récupérer les déchets alimentaires des restaurants et collectifs pour créer de l’énergie sous forme de compost et de gaz (méthanisation). Tout le monde est gagnant : restaurateurs et entreprises voient leurs clients satisfaits par leurs initiatives eco-responsables, ils économisent sur la redevance et sont conformes à la loi dite “Grenelle II” (juillet 2010). Et en plus de valoriser les déchets alimentaires, BinHappy récupère l’huile de friture pour en faire un biocarburant !

Connue pour être l’une des villes pionnières dans le développement des smart cities, Barcelone a multiplié les projets innovants. Dans la capitale catalane, des capteurs sont installés sur les poubelles pour mesurer le taux de remplissage. Dès que les poubelles sont pleines, les agents de la ville sont prévenus et empruntent l’itinéraire le plus court à l’aide d’une carte interactive afin de collecter les poubelles. Ainsi les trajets et les horaires de ramassage sont optimisés, ce qui diminue le rejet de CO2 dans l’air. Autre projet : le smart citizen kit. Conçu au Fab Lab Barcelona, ce kit équipé d’un capteur et d’un système open source, stocke les données fournies par les habitants sur  la qualité de l’air. En accès libre, chaque citoyen peut mesurer la qualité de son environnement (pollution, température, trafic automobile, etc.) et en retour être informé sur la qualité de vie de leur ville.

Réduction de la consommation électrique

L’efficacité énergétique est un pan indispensable à la stratégie Ville connectée. Et, la Norvège, élue pays le plus numérisé en 2017 par l’Institut finlandais Etla, l’a bien compris. A l’ouest de la Norvège, onze municipalités prévoient d’installer 18 000 lampadaires connectés afin de centraliser et d’adapter l’éclairage urbain en fonction des conditions météorologiques, saisonnières ou de trafic. Cet éclairage intelligent favorise le développement durable à long termes : en plus de réduire la pollution lumineuse, les lampadaires connectés émettent peu de CO2 et s’adaptent au trafic urbain. Fini l’éclairage permanent responsable de la pollution lumineuse néfaste pour la biodiversité et la santé des humains. Ses capteurs permettent de détecter la présence des véhicules et des piétons pour fournir un éclairage adapté et sécurisé en toute circonstance. A l’aurore, l’éclairage diminue progressivement tandis qu’il augmente en cas de fortes pluies. Grâce aux bénéfices réalisés par les lampadaires connectés, de nombreuses smart grid ont éclos en France.

Investir dans l’économie circulaire

Et si les déchets devenaient une matière de production ? L’idée n’est pas nouvelle comme nous le montre les bienfaits du recyclage pour récupérer et valoriser nos déchets. Avec la création du premier programme de récupération des emballages dans les poubelles tricolores, en 1993, se sont près de 68 % des emballages ménagers qui ont été recyclés en France en 2016, d’après  le rapport annuel de Eco emballages. Pour aller plus loin dans cette démarche environnementale, la startup Phénix propose de donner une nouvelle vie à tous les déchets, qu’ils soient alimentaires ou non alimentaires. Leur principe : accompagner les clients professionnels et les collectivités dans leur transition vers l’économie circulaire afin de réduire le gaspillage et réaliser des gains substantiels. Phénix propose des études adaptées aux collectivités pour intervenir au sein de chaque structure (cantines scolaires, hôpitaux, bibliothèques, etc.). Tel l’oiseau mythique renaissant de ses cendres, les déchets peuvent être une ressource pour nos villes.

Hormis l’économie circulaire, la consigne et la vente en vrac sont le leitmotiv d’une jeune startup appelée Jean Bouteille. Engagée dans le zéro déchet, Jean Bouteille propose aux grandes filières de consommations des contenants tous issus de l’agriculture biologique et réutilisables en magasin. De la lessive à l’huile d’olive, les consommateurs peuvent se servir en utilisant des contenants Jean Bouteille qui une fois payés peuvent être réutilisés autant de fois qu’ils le veulent ! Ce modèle de consigne a été salué par le Ministère de la transition sociale et écologique et l’ADEME qui lui décerna le prix “Entreprises et Environnement” en 2017. En plus, la jeune startup a signé un partenariat avec la métropole lilloise qui s’engage à réduire ses déchets. Ce n’est qu’un début !



Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.