Mission : améliorer la qualité de l’air

Améliorer la qualité de l’air : une nécessité quotidienne

La qualité de l’air est devenue une préoccupation à laquelle aucun citadin n’échappe. Fortement détériorée dans de nombreuses villes à travers le monde, elle affecte la santé de tous et interroge sur la viabilité des villes à long terme. Comment faire pour que la ville de demain demeure un espace de vivre-ensemble où il fait bon respirer ?

La Chine, un mauvais élève qui rattrape son retard

Les grandes villes chinoises souffrent d’une très mauvaise réputation quant à leur qualité de l’air, et pour cause. Des mégalopoles comme Pékin sont devenues familières des jours « très fortement pollués », avec un indice supérieur à 200. Une pollution permanente qui possède des impacts dramatiques sur la santé de ses habitants.

Les choses sont pourtant en train de changer : autorités et entrepreneurs ont décidé de prendre le problème de la qualité de l’air à bras le corps. Côté étatique, un plan d’action national contre la pollution de l’air est ainsi entré en vigueur en 2013, avec des premiers efforts portés vers les usines, fortement émettrices de polluants, ainsi que le chauffage urbain.

Des initiatives individuelles voient également le jour. C’est le cas d’AirVisual, une startup dédiée à la détection des particules fines dans l’air ambiant, lancée par un père de famille français installé à Pékin. Node, le boîtier intelligent d’AirVisual, détecte ainsi en temps réel l’état de pollution de l’air et en informe son propriétaire. Une station de mesure de la qualité de l’air portable, qui se développe à grande vitesse à l’international.

En Ile-de-France, l’accent sur l’innovation collaboratrice

L’Ile-de-France n’échappe pas au problème puisque la pollution de l’air, bien qu’en voie d’amélioration, y reste en moyenne supérieure aux recommandations de l’OMS pour les principaux polluants atmosphériques. C’est l’un des constats établis par l’association Airparif, chargée par les pouvoirs publics d’y surveiller la qualité de l’air ambiant.

Dans cette optique, Airparif a lancé un écosystème innovant dédié à la qualité de l’air, AIRLAB, en partenariat avec onze acteurs urbains majeurs comme La Mairie de Paris, Veolia, Icade, Engie ou encore SNCF Logistics. L’objectif ? S’attaquer au problème de la qualité de l’air dans une démarche collaborative où chacun apporte sa propre expertise.

Parmi les 6 chantiers lancés par AIRLAB se trouve le suivi de la pollution de l’air en temps réel, mais aussi le pilotage de la qualité de l’air au sein des bâtiments ou encore l’impact du chauffage en milieu urbain.

L’émergence de solutions naturelles pour combattre la pollution de l’air

Au cœur des innovations dédiées à la qualité de l’air se développent des initiatives centrées sur les ressources naturelles. C’est le cas du projet Vasco 2, en cours d’expérimentation dans la région de Marseille.

La ressource exploitée ? Des micro-algues dépolluantes qui possèdent un double avantage :

  • Elles captent le CO2 émis par les sites industriels de la région pour le libérer ensuite sous forme d’oxygène ;
  • Ces micro-algues peuvent ensuite être récoltées pour être transformées en carburant biologique et donc produire une source d’énergie naturelle.

Mené jusqu’à fin 2018 pour évaluer son potentiel de déploiement à grande échelle, le projet Vasco 2 ouvre la voie à l’essor de solutions innovantes naturelles pour améliorer la qualité de l’air, mais aussi notre consommation d’énergie.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.