gallerie

Qu’est-ce que la blockchain ou chaîne de blocs ?

S’il y a bien une technologie qui a suscité énormément d’intérêt cette année, c’est la technologie blockchain. Héritée du Bitcoin, elle pourrait bien déstabiliser les systèmes financiers actuels mais aussi « uberiser » bon nombre de secteurs d’activité. Demain, même la maison connectée sera une utilisatrice de la blockchain ! Vous n’en avez pas entendu parler ? Rattrapage…

Le Bitcoin est certainement la crypto monnaie la plus connue actuellement. S’il n’a pas encore bouleversé le système monétaire mondial, la technologie qui se cache derrière, la blockchain, pourrait trouver de multiples applications à l’avenir.
La blockchain ou « chaîne de blocs » n’est rien d’autre qu’un registre dans lequel viennent s’insérer chronologiquement des blocs. Outre l’heure et la date de sa création, le bloc contient une somme de contrôles correspondant aux documents ou aux transactions. Ce calcul, extrêmement complexe, a été baptisé le « mining ». Point clé de la blockchain : elle est totalement décentralisée. Initialement, le Bitcoin devait s’affranchir de toute banque nationale, la blockchain a donc été conçue afin d’être répartie sur de multiples machines sans autorité centrale de contrôle.

Schéma Blockchain ou "Chaîne de blocs"
Le principe de la blockchain est simple : des blocs chaînés les uns aux autres chronologiquement. La réalisation est bien plus complexe et fait un appel massif au chiffrement.
(Source et illustration : Blockchain France)

Une technologie virtuellement inviolable

Ce registre, public ou privé, présente une caractéristique unique : celle de garantir de manière absolument fiable une transaction. Impossible donc de cacher, détruire ou falsifier une transaction. Une fois qu’un bloc est inséré dans la chaîne, aucune altération ne peut être appliquée. Le système est techniquement infalsifiable, mais la puissance de calcul nécessaire est considérable. Ainsi, des « mineurs » ont mis en place en Asie de véritables data centers totalement dédiés au calcul des Bitcoins, avec des machines spéciales. Même doté de composants électroniques spécifiques ultra-performants, les ASICs, ce calcul consomme des milliers de Mégawatts chaque année.

Schéma du fonctionnement de la blockchain
Pour insérer un nouveau bloc dans la chaîne, la blockchain fait appel au concept de consensus distribué, concept qui trouve bien d’autres usages, notamment dans les Ressources Humaines.
(Source et illustration: Blockchain France)

Blockchain, un puissant outil de désintermédiation

Dès l’arrivée de Blockchain 2.0 en 2014, il est devenu évident que cette technologie avait un potentiel qui allait bien au-delà du seul Bitcoin. La blockchain peut potentiellement être exploitée dans de multiples secteurs d’activité, que ce soit pour assurer une traçabilité de transactions, offrir un service de consensus distribué et surtout assurer une désintermédiation de certains processus.

Illustration de cette versatilité, le Honduras a lancé un projet visant à basculer son cadastre sur la blockchain. Devant les enjeux financiers considérables liés aux droits miniers, des fonctionnaires modifiaient frauduleusement le cadastre national afin de favoriser certains exploitants, en échange de pots de vin. Désormais, avec la blockchain, impossible de falsifier le cadastre sans laisser de traces.
Dans le secteur immobilier, pourquoi recouvrir à un notaire pour acheter une maison si vous êtes certain que le vendeur face à vous est bien le possesseur du bien, que son identité est démontrée et que lui-même est sûr que vous possédez bien le montant de la transaction sur votre compte ? De même, le rôle des agences bancaires ou même du backoffice d’une banque classique est totalement remis en cause par la blockchain. Inutile de vérifier manuellement les papiers d’identité ou les revenus d’un demandeur de prêt si tous ces éléments sont déjà stockés dans la blockchain ! Philippe Herlin, auteur de l’ouvrage « La fin des banques ? » estime que la blockchain va constituer « l’uberisation ultime » du secteur bancaire (1). Toutes les banques centrales, les opérateurs de bourse et les banques commerciales travaillent activement sur le sujet.

18 Mds € / an : le potentiel d’économies pour les banques sur les seuls paiements internationaux, activités de trading et gestion de la conformité (2)

Illustration de la blockchain

Blockchain, moteur du monde de demain ?

L’impact de la blockchain va bien au-delà de la désintermédiation des transactions financières ou immobilières. Certains, comme Verisart, travaillent déjà sur l’authentification des œuvres d’art, tandis que l’Holberton School de San Francisco certifie déjà ses diplômes via la blockchain. D’autres, comme Primavera De Filippi, chercheuse à Harvard et au CNRS, imaginent même de nouvelles structures de sociétés où le CV des personnes ne serait plus seulement basé sur les diplômes, mais sur leurs qualités réelles. Une méritocratie portée par la blockchain grâce au concept de consensus distribué des utilisateurs. Des compétences reconnues non plus par des diplômes, mais par une communauté… Un concept qui pourrait bien séduire les DRH ! L’idée peut être poussée encore plus loin. Pensez à des organisations d’entreprises totalement déstructurées, mettant en œuvre des individus dispersés géographiquement mais dont la cohésion est assurée par la blockchain grâce à la méritocratie et une prise de décision décentralisée. Une start-up baptisée Colony compte d’ailleurs lancer une telle plateforme en fin d’année.
Enfin, avec l’essor de l’internet des objets, un champ infini d’applications nouvelles s’ouvre grâce à la blockchain. Les objets de la maison connectée, les drones ou les robots vont potentiellement pouvoir interagir les uns avec les autres sans intervention humaine, ni même opérateur centralisé. Dans un avenir pas si lointain, avec la blockchain, un robot pourra ainsi faire les courses en fonction de quelques règles définies par son propriétaire et régler lui-même ses achats en fonction de son budget.

(1) Interview pour Le Monde /
http://www.lemonde.fr/economie/article/2015/09/30/la-revolution-blockchain-legs-du-bitcoin-en-version-seduction_4778603_3234.html
(2) Rapport de la banque Santander /
https://www.finextra.com/finextra-downloads/newsdocs/the%20fintech%202%200%20paper.pdf

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s